La foi au secours du droit

Paris, Archives nationales, P 1334/17/A, no 36 ©Archives nationales

Cette charte1 du roi de France Charles V (« Charles, par la grace de Dieu, roy de France »), datée du 28 septembre 1372, confirme, par l’invocation de la grâce, volonté et puissance royale (« de nostre grace especial, puissance et auctorité royal »), le testament de son frère Louis Ier d’Anjou (« notre tres amé frere Loys duc d’Anjou »). Le roi y précise les biens meubles et immeubles concernés par ledit testament, et souligne que la Couronne abandonne ses droits sur ceux-ci. Il précise qu’à la mort de son frère le testament doit être exécuté le plus rapidement possible et que les officiers royaux (« eagens, officiers, baillifs, seneschaux ou commaires ») ne doivent pas faire de difficultés ni retarder son exécution (« fust aucunement empeschiee ou retardee »).

Le texte illustre le rapport de force qui existe alors en France et dans les d’autres États dynastiques tardo-médiévaux entre deux logiques politico-juridiques, celle du royaume comme bien personnel de la dynastie, représentée ici par le roi et son frère, et celle du royaume comme entité indivisible par le droit et incarnant l’idéal du Bonus commune aristotélicien. Autrement dit, il s’agit de l’opposition entre un principe dynastique privé et un principe bureaucratique public. Ici, le roi veut aller à l’encontre d’une loi de la Couronne bien précise, l’indivisibilité de la Couronne – que par ailleurs, en d’autres circonstances, il contribue à ériger –, puisqu’il consent à ce que des terres et des biens du domaine royal remis à son frère puissent être transmis à ses successeurs sans retourner à la Couronne.2

Paris, Archives nationales, P 1334/17/A, no 36, détail ©Archives nationales

L’initiale décorée C de « Charles », qui débute le texte, est tout à fait fascinante. Elle est en effet illustrée de plusieurs extraits des Psaumes et de chants grégoriens. Les textes sont répartis dans les entrelacs extérieurs et intérieurs du C. À l’extérieur, en partant de la gauche et dans le sens des aiguilles d’une montre, on lit : Gloria et honore coronasti eum domine (Ps 8, 7 : « Et tu l’as couronné de gloire et de magnificence ») et constituisti eum principe super omnem terram. Memores erunt nominis tui Domine (Ps 45, 16-17 : « Tu les établiras princes dans tout le pays. Je rappellerai ton nom dans tous les âges »). À l’intérieur, en partant de la gauche, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre : Christus vincit. Christus regnat. Christus imperat (chant grégorien Christus vincit). Sit nomen Domini nostri Jhesu Christi benedictum [in saecula ?] (une adaptation de Ps. 112, 2 : « Que le nom du Seigneur soit béni pour l’éternité »).

Ces vers, qui magnifient la puissance divine sur terre et au ciel, sont directement associés à la personne royale. Ils fonctionnent comme un miroir qui transfère au roi les caractéristiques divines. Plus précisément, ces vers rappellent deux représentations de la personne royale, celle de roi-prêtre qui se donne à voir au moment du sacre à Reims, et celle de roi intermédiaire entre Dieu et les humains, ou de rexquasi semideus tel que le présente Gilles de Rome dans son De Regimine principium.3 En insistant sur l’autorité transcendante de la personne royale, ces vers permettent, en partie, de faire oublier que le texte de l’acte remet en cause un principe de droit que les rois de France tentent d’imposer dans le royaume, notamment vis-à-vis d’autres lignages princiers, et qu’ici Charles V viole en faveur de son frère. Ils renforcent également une autorité royale qui, dans le texte, repose sur un principe de droit, la grace especial du roi, en d’autres termes ses pouvoirs de haut justicier. La loi de Dieu et la loi des hommes se retrouvent donc dans la personne royale pour épauler le principe dynastique et favoriser Louis Ier d’Anjou.

  1. Paris, Archives nationales, P 1334/17/A, n36, cf. https://www.monasterium.net/mom/IlluminierteUrkunden/1372-09-28_Paris/charter []
  2. C. Gauvard, De grace especial. Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1991 ; J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France. xiiie-xve siècle, Paris, 1993. []
  3. Gilles de Rome, De regimine principium, iii, 2, 15. []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search