Diplomatie et symbolique politique. Charles V, Charles II de Navarre et le traité de Paris (1365-1366)

Le règne du roi Charles V de France correspond à une période de renforcement du pouvoir royal, des institutions centrales et donc de l’état. Il constitue en quelque sorte une étape au sein d’un processus historique conduisant d’un État féodal, où le pouvoir sur la terre et les hommes est partagé entre le roi et ses féodaux, à un État dynastique, dans lequel le pouvoir est réparti entre des institutions royales qui garantissent le monopole économique et politique du roi et de son lignage dans le royaume.

L’accroissement du nombre de chartes émises par la chancellerie royale sous ce règne est souvent vu, à bon droit, comme un marqueur de ces transformations, de même que la langue des actes qui change, faisant davantage usage d’un lexique juridique français issu des corpus latins1. Les prérogatives royales sont désormais défendues dans une langue du droit susceptible d’être comprise par tous les sujets, ce qui contribue à renforcer l’autorité du monarque2.

La diplomatie royale apparaît comme l’un des secteurs privilégiés où se déploie cette activité décuplée et renouvelée de la chancellerie royale3. Le règne de Charles V révèle une diplomatie active, probablement du fait de la Guerre de Cent Ans, visant à défendre la place et l’autorité du roi et de son lignage.

Le traité de Paris (1365-1366) entre Charles V et Charles II d’Évreux-Navarre donne un parfait exemple de ce phénomène. Nous souhaitons l’explorer ici par le biais d’un dossier de treize pièces diplomatiques et conservées aux Archives nationales de France (Paris).

Ces chartes et lettres s’étalent sur une période allant de mars 1365 à avril 13664. La majeure partie d’entre elles a été émise soit par Charles V, soit par Charles II de Navarre. Les quelques actes restants sont dus à Louis d’Évreux, comte de Beaumont-le-Roger, frère de Charles de Navarre, et à Jean III de Grailly, captal de Buch, principal lieutenant de Charles de Navarre5. Tous ces documents comportent au moins une initiale décorée, souvent avec beaucoup de soin et de qualité, ce qui donne à penser que les clercs des chancelleries respectives des deux princes se sont en quelque sorte livrés à une compétition artistique parallèle à la compétition toute politique faisant rage entre Charles V et Charles II de Navarre.

Ainsi, alors que se joue la place Charles II de Navarre et de la maison d’Évreux dans le royaume, ces chartes et lettres donnent à voir comment le roi défend l’unité de la Couronne, ainsi que son rôle de chef de lignage, de suzerain et de souverain, et, plus généralement, son autorité face aux princes de son sang.

1. Prolégomènes au traité de Paris

Le traité de Paris clôt une longue phase de conflit entre Charles II de Navarre et les Valois dont l’origine réside dans les prétentions du Navarrais à la couronne de France, celui-ci arguant de son ascendance capétienne par sa mère, Jeanne de France, seule enfant du roi Louis X le Hutin.

Déjà sous le règne de Jean II le Bon, Charles avait défié l’autorité royale. Par le traité de Mantes (22 février 1354), il parvint à étendre ses possessions en Normandie, région où sa famille était déjà installée. Fatigué par les constantes provocations du Navarrais, le roi Jean II le fit capturer (5 avril 1356), mais la défaite royale de Poitiers (19 septembre) et la captivité du roi en Angleterre permirent à Charles de recouvrer la liberté (1357). Il s’allia alors au puissant prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel (1357-1358), et devint brièvement capitaine de la cité. La chute de Marcel (31 juillet 1358) força le Navarrais à quitter Paris face à l’arrivée du dauphin. Néanmoins, Charles de Navarre parvint à profiter des troubles parisiens pour accroître encore son emprise sur la Normandie, menaçant dès lors directement la capitale royale. Il chercha aussi à s’implanter dans l’ouest du royaume, stratégie visant à encercler les Valois. En 1362, suite à la mort du dernier duc capétien de Bourgogne, Philippe de Rouvres (21 novembre 1361), Charles réclama que le duché lui fut remis.

L’acmé de cette séquence politique est atteinte lorsque Charles de Navarre, allié à Édouard III d’Angleterre, tente de prévenir le couronnement du dauphin en attaquant l’armée royale à Cocherel (16 mai 1364). Ses troupes sont défaites par celles de Bertrand du Guesclin, ce qui force le Navarrais à négocier avec un dauphin désormais couronné roi sous le nom de Charles V. Profitant de la médiation du pape Urbain V, les adversaires signent une trêve (6 mars 1365) qui ouvre des négociations conduisant à la signature du traité de Paris, conclu en mai 1365 et ratifié définitivement par les deux partis le 12 juillet.

La bataille de Cocherel, dans Jean Cuvelier Chanson de Bertrand du Guesclin, Londres, British Library, ms. Yates Thompson 35, fol. 71r. © Wikicommons.

2. Réconcilier et vaincre

Il est certain que le traité de Paris vise d’abord à réconcilier le parti royal avec celui d’Évreux-Navarre6. Tous les partisans de l’un ou de l’autre camp sont amnistiés, tandis que leurs propriétés leur sont restituées et que les captifs, dont le Jean III de Grailly, sont libérés7. C’est aussi pour cette raison que, dans la plupart des actes de notre corpus, le parti d’Évreux-Navarre apparaît au grand complet, non seulement en la personne de Charles II et de son frère Louis, mais aussi de leur tante, Jeanne d’Évreux, veuve du roi Charles IV, et de leur sœur, Blanche d’Évreux, veuve du roi Philippe VI de Valois.

En position de force après sa victoire à Cocherel, Charles V cherche bien entendu à transformer sa victoire militaire en victoire politique.

Il entend tout d’abord démanteler cette Normandie « navarraise » qui menaçait directement son pouvoir et, plus précisément, sa ville de Paris. En effet, à l’issue du traité de Mantes, Charles de Navarre et son frère Louis avaient acquis un ensemble remarquable de terres en Normandie, soit les comtés de Beaumont-le-Roger et de Longueville, les châtellenies de Breteuil et de Conches, une portion des vicomtés de Pont-Audemer et d’Orbec, et la région du Cotentin. Ce dernier territoire formait d’ailleurs une sorte de principauté facilement défendable et qui aurait pu constituer une tête de pont permettant aux Anglais de débarquer aisément dans le royaume8.

Par le traité de Paris, Charles V obtient la rétrocession de Mantes, Meulant et du comté de Longueville. En échange, il promet à Charles de Navarre la seigneurie de Montpellier et une somme de 110 000 francs. Il s’agit là d’une victoire indéniable pour Charles V qui repousse son adversaire au sud de la Seine délivrant ainsi Paris de la menace directe qui pesait sur elle. Avec Montpellier, Charles de Navarre ne fait pas une bonne affaire. En effet, la seigneurie de Montpellier est enclavée dans le royaume de France, ce qui la rend difficile à défendre en cas d’attaque. Charles V vainc aussi sur le plan symbolique car il attribue le comté de Longueville au vainqueur de Cocherel, Bertrand du Guesclin, manière de démontrer au parti d’Évreux-Navarre que l’époque de sa domination en Normandie est révolue.

3. Un marché de dupes

La plupart des chartes de notre corpus concerne cet échange de terres entre Charles V et le parti d’Évreux-Navarre, ainsi que le paiement à Charles de Navarre de la somme promise en plus de Montpellier. Deux chartes en particulier témoignent de cet échange, l’une du 4 mai 1365, par laquelle Charles II confirme le transport de ses possessions normandes en échange de Montpellier9, l’autre, un mois plus tard, le 11 juin, dans laquelle Charles V confirme la transaction10.

D’autres documents, extérieurs à notre corpus car moins remarquables sur les plans diplomatiques et esthétiques, entérinent le transfert, qu’il s’agisse de lettres d’hommage des nobles et sujets normands et montpelliérains envers leurs nouveaux maîtres11 ; de la promesse des deux rois de respecter les privilèges de leurs nouveaux sujets12 ; de celle de Charles V de remettre la somme promise à Charles de Navarre13 ; ainsi que des garanties mutuelles en rapport avec les réclamations que des tiers pourraient formuler contre cet échange14.

La somme de 110 000 francs ainsi que les garanties échangées par les deux souverains doivent être examinées de concert car elles révèlent à quel point Charles de Navarre a conclu marché de dupes. Il apparaît que les 110 000 francs ont été proposés afin d’appâter le Navarrais. En effet, la seigneurie de Montpellier n’est pas riche, surtout par comparaison avec les terres normandes que cédée à Charles V. De plus, cette seigneurie avait été acquise par le roi Philippe VI avec la promesse qu’elle ne serait pas détachée de la Couronne de France. Une fois le traité conclu, la cité montpelliéraine proteste vigoureusement et s’oppose à la prise de possession de Charles de Navarre. Louis Ier d’Anjou, à qui le roi Jean II le Bon avait déjà promis la seigneurie, se joint à la querelle et réclame ce qu’il estime être son du. Charles V, de son côté, se pose en arbitre d’un conflit qu’il a lui-même créé afin d’épuiser son adversaire navarrais et, ainsi, de renforcer sa propre position. Du côté de Charles de Navarre, les garanties qu’il donne au roi par rapport aux terres normandes sont purement formelles. Dans les faits, Longueville, Meulant et Mantes sont occupées par l’armée royale depuis longtemps15.

4. Et la Bourgogne ?

La question du duché de Bourgogne, que Charles II continue de réclamer, n’est pas tranchée par le traité de Paris, l’arbitrage du conflit étant laissé à l’appréciation du pape, auprès duquel les deux adversaires s’engagent à envoyer des délégués16.

Deux documents de notre dossier concernent ces pourparlers. Ceux-ci montrent clairement que Charles V n’a aucune intention de s’en remettre volontiers à un arbitrage pontifical qui pourrait tourner en sa défaveur. C’est ainsi que, alors que Charles de Navarre nomme rapidement ses ambassadeurs chargés de se rendre en Avignon (4 mai 1365)17.

En date du 8 février 1366, il n’a toujours pas envoyé ses commissaires et promet au Navarrais, qui s’impatiente, d’y procéder avant la fin du mois de septembre de la même année18.

Charles V parvient là à se jouer de son adversaire. En effet, aucun jugement pontifical ne sera jamais rendu sur cette affaire, le roi ayant d’ailleurs confirmé de longue date l’investiture de son frère Philippe le Hardi au duché de Bourgogne (6 septembre 1363)19.

5. Gagner du temps et sauver la face

Sachant à quel point le traité de Paris lui est défavorable, Charles II de Navarre essaie lui aussi de temporiser, voire de retarder la conclusion, la ratification et l’exécution du traité.

Les manœuvres dilatoires du Navarrais apparaissent tout d’abord au moment de la ratification. Au moins quatre documents en témoignent. Charles semble avoir décidé de sceller de manière non conforme la copie de la ratification du traité qu’il envoie au roi de France (mai 1365), usant de son sceau secret au lieu de son grand sceau20.

Jean III de Grailly, libéré et jouant désormais le rôle d’ambassadeur entre les deux princes, se rend à Paris avec un document que Charles V refuse de reconnaître, arguant que celui-ci n’est pas correctement scellé. En juin 1365, une lettre royale est émise demandant clairement à Charles de Navarre de procéder à nouveau à la ratification et, pour ce faire, d’apposer son grand sceau de cire verte sur le document21.

Grailly s’en retourne à Pampelune, emportant avec lui la missive royale. Charles de Navarre consent finalement à émettre une seconde ratification qui, cette fois, porte les marques de validation attendues22, ce qui conduit Charles V à ratifier à son tour le traité23.

Cet épisode relève bien sûr de la démonstration de force symbolique. En retardant la ratification de plusieurs longues semaines, Charles de Navarre entend démontrer à son adversaire que, même vaincu, il n’en demeure pas moins souverain puisque capable d’imposer au roi sa propre maîtrise du temps, un temps allongé par la distance qui sépare Paris de Pampelune, et que Jean de Grailly doit parcourir à plusieurs reprises au cours de ces échanges.

Une fois le traité ratifié, Charles de Navarre n’en reste pas là. Il cherche désormais à retarder l’hommage qu’il doit prêter pour sa seigneurie de Montpellier. La cérémonie féodo-vassalique entérinera en effet la rétrocession des terres normandes au roi de France, comme convenu par le traité de Paris. Charles deviendra, par là, le vassal du roi de France. Un nouveau lien de subordination sera instauré entre les deux hommes, lien qui donnera un avantage supplémentaire au roi de France sur son adversaire car, à la position de chef de la maison de France et de souverain, Charles V ajoutera celle de seigneur féodal.

Charles de Navarre comprend très bien ce qui se joue et semble faire donc tout pour retarder l’hommage. Deux lettres successives, émises après la ratification du traité de Paris, le prouvent. Le roi de Navarre promet à Charles V de se rendre à la cérémonie d’hommage quand il le pourra24.

Les deux actes sont signés du sceau du secret du souverain et non de son grand sceau, alors que le dispositif du premier acte mentionne clairement que l’utilisation du grand sceau aurait été préférée. Devons-nous y voir une manœuvre dilatoire similaire à celle employée par Charles lors de la ratification du traité de Paris ? Le Navarrais chercherait-il encore à gagner du temps en provoquant un nouveau vice de procédure ? À la fin du mois de juin 1365, la cérémonie n’a toujours pas eu lieu et Jean III de Grailly demande un nouveau délai pour son maître25.

L’hommage est reporté au mois de février 1366. En effet, les 16 et 17 février, il se tient finalement à Montpellier, mais en l’absence de Charles de Navarre, Grailly agissant comme son substitut.

On ne peut s’empêcher de lire cette dernière séquence comme une tentative de Charles de Navarre de sauver la face, alors que tout autre stratégie de résistance a échoué. De son côté, Charles V parvient à ses fins. C’est-à-dire à entrelacer son adversaire dans des liens de dépendance, mêlant paternité symbolique, suzeraineté et souveraineté, Charles de Navarre apparaissant à la fois comme le « fils » d’un Charles V patriarche de la maison de France, le vassal du seigneur Charles de Valois et le sujet du roi de France.

Le traité de Paris, sa ratification et ses suites, tels qu’ils apparaissent dans ce dossier, révèlent un bras de fer entre un Charles V vainqueur et un Charles II de Navarre qui, même vaincu, ne consent pas à baisser les armes, à tout le moins sur le plan symbolique. En retardant l’exécution d’un traité qui consacre sa défaite politique et son infériorisation symbolique, Charles démontre qu’il demeure encore capable de maîtriser le temps, caractéristique de tout pouvoir, et que, dès lors, il reste souverain. Par ailleurs, la qualité des décors qui ornent les chartes du Navarrais rivalise, voire même parfois surpasse, celle des chartes royale de ce corpus26. Nous serions tenté d’y voir une tentative de Charles II de Navarre de rétablir la balance du pouvoir symbolique à son avantage.



Diesen Blogbeitrag zitieren
Jonathan Dumont (2023, 22. Mai). Diplomatie et symbolique politique. Charles V, Charles II de Navarre et le traité de Paris (1365-1366). Macht, Diplomatie und Dekor - Pouvoir et diplomatie par l'enluminure. Abgerufen am 18. Mai 2024, von https://doi.org/10.58079/mane

  1. Signalons à ce propos un projet de recherche récemment mis sur pied par Corinne Leveleux sur les traductions royales françaises de traités juridiques à partir du règne de Saint-Louis []
  2. J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve siècle, Paris, 1993. []
  3. Voir J.-M. Moeglin, St. Péquignot, Diplomatie et « relations internationales » au Moyen Âge (ixe-xve siècle), Paris, 2017, p. 91 et sq. Voir aussi J.-M. Moeglin, « Entre 1250 et 1350 : système des États et ordre dynastique dans l’Occident médiéval », Power and Persuasion. Essays on the Art of State Building in Honour of W.P. Blockmans, éd. P. Hoppenbrouwers, A. Janse, R. Stein, Turnhout, 2010, p. 3-25. []
  4. Paris, ANF, J 616, nos 10, 10bis, 11, 12, 13 ; J 617, nos 14, 17, 23, 26, 29, 31, 32, 37 []
  5. Une édition du traité est disponible dans Le Cartulaire dit de Charles de Navarra/ El Cartulario llamado de Carlos II rey de Navarra, éd. V. Lamazou-Duplan, A. Goulet, Ph. Charon, Pampelune, 2010, no 98, p. 366-371 (Traité de paix entre Jean II le Bon et Charles II de Navarre). []
  6. Au Moyen Âge tardif, la réconciliation entre partis et lignages demeure toujours au cœur des traités de paix, quant bien même chaque parti vise à maximiser ses gains et à réduire ses pertes. Voir Frieden schaffen und sich verteidigen im Spätmittelalter, éd. G. Naegle, Munich, 2012. []
  7. Plusieurs chartes du Cartulaire dit de Charles de Navarra concernent la libération de prisonniers, des rémissions accordées pour les partisans des deux camps (no 107, p. 385-387 ; no 109, p. 389-390 ; no 112, p. 395-396 ; no 117, p. 403 ; no 120, p. 407) et la restitution des corps de ceux qui ont été tués ou exécutés (no 105, p. 383 ; no 113, p. 397). []
  8. Voir Ph. Charon, Princes et principautés au Moyen Âge. L’exemple de la principauté d’Évreux, 1298-1412, Paris, 2014, p. 136-143. Voir aussi Fr. Autrand, Charles V le Sage, Paris, 1994, p. 128-132. []
  9. Paris, ANF, J 617, no 14 (4 mai 1365). []
  10. Paris, ANF, J. 617, no 29 (11 [juin] 1365). []
  11. Le Cartulaire dit de Charles de Navarra, no 101, p. 377 (Charles V demande aux nobles et aux habitants de Montpellier de jurer fidélité à Charles II de Navarre) ; no 115, p. 399-400 (Charles II de Navarre ordonne aux nobles et aux habitants du comté de Longueville, et des châtellenies de Mantes et Meulant de jurer fidélité au roi Charles V). []
  12. Ibid., no 102, p. 378 (Charles V confirme les privilèges de Longueville, Meulant et Mantes) ; no 118, p. 404 (Charles II de Navarre confirme les privilèges de Montpellier). []
  13. Ibid., no 114, p. 398 (Charles II accepte que les 110 000 francs soient déduits de la dette qu’il a contracté vis-à-vis du roi de France) ; no 103, p. 379-380 (Charles V accepte de prendre des mesures concernant la valeur des biens échangés s’il est prouvé, après estimation, que leur valeur est différente de celle proposée). []
  14. Ibid., no 100, p. 375-376 (Charles V nomme les commissaires qui doivent remettre Montpellier à Charles II de Navarre) ; no 106, p. 384 (Charles V garantit la possession de Montpellier à Charles II de Navarre) ; no 121, p. 408-409 (Charles II de Navarre garantit la possession de Mantes, Meulant et Longueville à Charles V). []
  15. Voir Charon, Princes et principautés, p. 143-147. []
  16. Ibid. Voir aussi Autrand, Charles V, p. 453-455. []
  17. Paris, ANF, J 616, no 13/4 (4 mai 1365) ; éd. Le Cartulaire dit de Charles de Navarra, no 119, p. 405-406. []
  18. Paris, ANF, J 616, no 12 (8 février 1366). []
  19. R. Vaughan, Philip the Bold. The Formation of the Burgundian State, Woodbridge, 2002 (org. 1962), p. 3. []
  20. Paris, ANF, J 616, no 10bis (mai 1365). []
  21. Paris, ANF, J 617, no 31 (juin 1365 ; vidimus) : Et pour ce que les dictes lectres n’estoient ne sont scellees du grant seel de mondit seigneur de Navarre, elles ne souffisissent mie ne souffisent ancores aux gens dudit roy de France. Mes reffusoit ledit roy de France confermer ledit traictié. Le cas de cette charte est aussi discuté par Charon, Princes et principautés,p. 144 n. 66. []
  22. Paris, ANF, J 616, no 10 (mai 1365) ; éd. Le Cartulaire dit de Charles de Navarra, no 111, p. 392-394. []
  23. Paris, ANF, J 616, no 11 (juin 1365 ; il s’agit d’une copie ; on y lit la mention de chancellerie duplicata) ; éd. Le Cartulaire dit de Charles de Navarra, no 99, p. 372-374. []
  24. Paris, ANF, J 617, nos 17 (4 mai 1365 ; (nous avons scellé ces lettres de nostre scel secret en l’absence du grant) et 23 (4 mai 1365) ; éd du second document dans Le Cartulaire dit de Charles de Navarra, no 116, p. 401-402. []
  25. Paris, ANF, J 617, no 26 (20 juin 1365). []
  26. Cependant, l’analyse stylistique n’a pas encore pu déterminer si la décoration des chartes de Charles de Navarre avait été réalisée par sa chancellerie ou par celle du roi de France. []

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search